Technologies

Chaudière à bois

Éolienne

Panneaux photovoltaïques

Pompe à eau solaire

Panneaux thermiques

Géothermie

Jeudi 4 décembre 2008

Conférence de Pierre Rabhi

L'espèce humaine face à son avenir

 

Le 4 décembre dernier, le Collège Saint-Joseph a eu l’honneur de recevoir Pierre Rhabi. Cet homme est originaire de l’Algérie du sud ; il a vécut dans un oasis. En 1938, tout jeune enfant, il fut adopté par une famille française et vint donc habiter en France. Après avoir travaillé plusieurs années comme ouvrier dans une usine, Monsieur Rhabi décide de se consacrer à l’agriculture et à l’élevage biologiques. Il s’installe donc  avec sa femme et ses enfants dans une ferme dans les Cévennes.

 

Pierre Rhabi est persuadé que si l’homme rentre dans une lutte contre la nature, il en sortira d’office perdant. En effet, nous, êtres humains, nous avons jusqu’ici ignoré le fait que malmener la terre sera nécessairement nocif pour la vie des générations futures. Notamment, selon lui, en utilisant des OGM, l’homme commet un crime contre l’humanité.     

       Ce franco-algérien très intéressant, a parlé du réchauffement climatique en indiquant que la grande impuissance de nos contemporains contre ce phénomène naturel serait une menace alimentaire très importante. L’homme joue avec l’argent. En effet, au lieu de le concevoir seulement comme un moyen d’échange, il l’érige, dans notre système économique, comme un but en soi. De la sorte l’argent, devient un instrument de destruction de la planète.

Monsieur Rhabi nous l’a réaffirmé : l’être humain a de quoi détruire 30 planètes. L’homme est un grand consommateur ; si il ne consomme pas, l’économie, telle que notre système la conçoit actuellement, va ralentir. L’excès de consommation ruine l’être humain et la nature.

         Il y a quelques années, Pierre Rhabi s’est présenté aux élections présidentielles françaises, non pas pour avoir le titre mais pour faire passer le message d’urgence à propos de la planète. Il est encore temps de changer ! En effet, la société peut changer si l’être humain le veut vraiment. Il a également souligné qu’il faut reconnecter nos enfants à la nature pour que cela puisse changer.

 

Article rédigé par Camille Ransquin

élève de 5 Latin,français - année scolaire 2008-09