Edito du mois - Année scolaire 2009-10

Parce que nous avons un esprit critique !

Chaque mois ou quinzaine, un nouvel article est écrit par un élève désireux de donner son avis sur un thème d'actualité.

Peut-être toi le mois prochain ?...

 

 

Edito de Juin 2010

 

Internet, pas si net !

Nous nous donnons beaucoup de mal à trier nos déchets et autres détritus mais sans nous en rendre compte, à chaque "clic" de l'index sur notre chère souris d'ordinateur pour atteindre un moteur de recherche tel que Google ou autre, nous abîmons un peu plus notre planète !...

 

Cela vient des serveurs qui se veulent de plus en plus performants et qui sont de ce fait de plus en plus gros consommateurs d'énergie : un clic correspond à une ampoule allumée pendant une heure !

 

Alors imaginez-vous un peu la quantité d'énergie consommée et de CO2 produit en sachant que le nombre d'internautes ne cesse d'augmenter ...

Marine Jonniaux (4 G3 - options Sciences en 2009-10)

 

 

Edito de mai 2010

 

L'impact écologique des animaux domestiques

L’autre jour, nous avons entendu parler que 2 chercheurs  ont démontrés que l’empreinte écologique de nos animaux domestiques était comparable à celle d’un 4x4. (La recherche était ciblée sur les ingrédients de leur alimentation et leur espace nécessaire à leur fabrication.)

 

Notamment à cause de l’empreinte de carbone de la viande, posséder un chien est vraiment un luxe. Selon les 2 chercheurs, un chien moyen mange 164 kg de viande par an, et 95 kg de céréales par an, et a donc un impact important sur la planète et son climat. Multiplié par le nombre de chiens, ces chiffres donnent le vertige…

 

Cependant, l’empreinte écologique d’un chien est beaucoup plus faible que celle d’une vache. Celle-ci suite à leur rejet de CO2, contribuent à 18%  des émissions de gaz à effet de serre.

 

Par cet édito, nous ne voulons pas donner de recette miracles. Mais juste vous sensibiliser.

 

 Adeline Dubuc et Virginie Lieben (4 G3 - options Sciences en 2009-10)

 

Edito d'Avril 2010

 

Regarder autour de soi...

Partir en vacances des heures dans la voiture, nous les jeunes, que pouvons nous faire? Écouter de la musique, lire, jouer... OK, c'est bon pour un temps mais après deux ou trois heures ça « gave ». Alors que faire ? Et bien, il ne reste plus qu'une solution: admirer le beau paysage... (pour le peu qu'il en reste!).

 

Et c'est la que l'on voit le pire:

  - Le bord des autoroutes n’est que poubelle !

  - Les bois sont des déchetteries !

  - Les rivières des nids à déchets !

 

 Sauriez-vous me dire pourquoi?

 

 J'ai cherché une explication, et avec un peu de réflexion, j'en suis arrivée à conclure que les gens sont trop « fades » pour se déplacer jusqu'à une poubelle!

 

 L'être humain a-t-il été mis sur la planète terre pour la détruire et s'autodétruire en même temps ?

 Alors voici un défit que je te lance, oui à toi!

- Fais quelques pas de plus pour aller jusqu'à une poubelle. Est-ce si fatiguant?

- Ramasse le papier que tu as fais tomber, demande-t-il un effort surhumain?

 Je ne pense pas...

 

 Oui, je sais tu vas me dire que ce n'est pas pour un papier qui tombe, que ça y est, la terre va exploser... Et tu as raison! (enfin pas tout à fait). Car le problème c'est que tu n'es pas le seul sur terre... Alors si tout le monde jette un petit papier par terre par jour ça fait plus de 6 milliards et demis de petits papiers et je t'épargne le nombre à l'année !!

 

 Alors maintenant c'est à toi de décider : soit tu relèves le défi soit tu fais comme si ne rien n'était...

 

 Céline Leurquin (4 G2 - options Sciences en 2009-10)

 

Edito de mi-Mars 2010

 

Le moteur hybride pour autocars : la perspective d’une mobilité sans émissions

 

La transformation électrochimique d’hydrogène et d’oxygène ne produit aucune émission : ni particules, ni oxygène d’azote, ni gaz carbonique. Seule de la vapeur d’eau s’échappe. Le potentiel de production d’hydrogène « vert » à partir de biomasse ou par électrolyse (alimentation par courant électrique d’origine éolienne) augmente.

Cet hydrogène peut alors être transformé en énergie d’entraînement par des piles à combustibles atteint aujourd’hui déjà environ 45%.

La combinaison pile à combustible ou moteur électrique est à peu près deux fois plus efficace qu’un moteur à explosion.

En 2009, il existe 175 stations d’hydrogène dans le monde.

 

Source : Mercedes – Benz / Omnibus / La revue pour les hommes et les femmes en mouvement (Septembre 2009/3)

 

 Kevin Minet (4 G3 - options Sciences en 2009-10)

 

Edito de Mars 2010

 

Nous sommes en 2050

Nous sommes en 2050.

 

La terre héberge plus de neuf milliards d'habitants.

Il « manque » près d'un milliard de femmes, essentiellement en Inde et en Chine, à cause de la sélection embryonnaire permise par les techniques de diagnostic prénatal.

 

Il n’est pas rare devoir des personnes atteignant les 110 ou 120 ans grâce aux techniques de clonage et aux cellules souches qui permettent la ‘culture’ des organes à volonté.


Tous, nous avons dès notre naissances une puce implantée sous la peau, en cas d'enlèvement ou d'accident.


La population des pays développés diminue d'environ un million par an, pendant que celle des pays pauvres croît de trente-cinq millions.

 

Les populations des villes habitent dans des immenses tours végétalisées.

Le lait de vache est rare et très cher.
Déjà il y a trois degré de plus qu'en 2000.


Depuis 20 ans déjà, une guerre de l'eau et du pétrole sévit.

L'ère du pétrole est donc définitivement révolue. L'énergie des années 2050 a pour nom l'hydrogène.


La vie de couple est rare, tout comme voir une femme enceinte.


Nous nous nourrissons de menus-gélules qui coupent la faim…

A table, enfin, nous mangeons du bœuf artificiel… »

 

C’est peut-être à un tel monde que nous allons arriver si aucun changement majeur n’est fait rapidement.

 

Comment en sommes nous arrivés là ? Quelles décisions ont déjà étés prises ? Où en est notre société ?

 Danaé Coquelet, Marie Ivanov et Guillaume Van Langendijck (6ème en 2009-10)

Introduction pour un exposé en histoire

Edito de Février 2010

 

Papier, papier,… apprenons à t’économiser... pour mieux respirer !!!

Chers amis élèves et professeurs,

 

Certaines choses sont indispensables dans une école. Et une des plus nécessaires d’entre elles, vous en conviendrez, c’est le papier.

Que pourraient faire un élève ou un professeur sans une bonne vieille feuille de papier … ? Pratiquement rien. Le papier est donc une des matières les plus utilisées dans notre école.

Mais malheureusement, aussi une des plus gaspillées.

« Oh zut, j’ai fais une rature au bic » ou encore « Mince, j’ai commencé mon tableau dans le mauvais sens »,… et hop, notre belle feuille A4 blanche à peine employée finit en boulette chiffonnée, direction la poubelle.

Oui, souvent, pressés par la suite du cours, nous jetons des feuilles blanches, où à peine quelques mots sont inscrits, dans la corbeille. Une bien mauvaise habitude, pourtant pas si dur à modifier. Utiliser le verso pour refaire des exercices, pour revoir ses définitions, ou même pour faire une liste de courses…

 

Tous ses petits gestes, apparemment anodins, sont les petites gouttes qui font les grands océans.

Personnellement, j’utilise 3 à 4 blocs de 100 feuilles par an… Imaginez-vous environ 1000 élèves fois 400 feuilles, les tonnes de papiers que nous utilisons par an !! Sans parler des photocopies…

Oui, nous pouvons agir, nous DEVONS agir…

Si chaque élève/professeur essaie, au quotidien, de faire attention, nous pouvons sérieusement et facilement économiser quelques kilos de papier.

 

Chez vous aussi, faites attention !! Je pense que le recyclage commence à devenir une habitude dans la plupart des maisons, mais continuons !!

Par an, un foyer peut recycler une quantité suffisante de papier pour sauver 1.5 arbre. Très peu me direz-vous. Oui et non. Comme dit précédemment, ce qui peut paraître insignifiant à petite échelle devient efficace à des niveaux plus élevés.

Devenons de véritables éco-citoyens, éco-collégiens, éco-professeurs, éco-médecins, éco-infirmières, éco-secrétaires…

 

Plus qu’une possibilité, c’est un DEVOIR.

 

Alors, à l’avenir chers collègues, quand nous nous apprêterons à faire une boule de la belle feuille intacte que nous avons en main, pensons une seconde aux arbres, à la forêt amazonienne qui subit la déforestation de plein fouet. Pensons que cette feuille jetée c’est autant de CO2 qui s’envole dans l’air, pour encore un peu plus réchauffer notre terre.

Terre que nous nous devons de transmettre la plus saine possible à nos enfants…

 

Papier, papier… apprenons à t’économiser… pour mieux respirer.

 

 Baptiste Hardy (4G1en 2009-10)

Edito de mi-janvier 2010

 

Procédé GEET de P.Pentone « à reformage d'hydrocarbure »

Un moyen d'économiser de l'essence et de limiter la pollution des gaz d'échappement

Voici une amélioration de P.Pentone ici présentée dans le cas d'un moteur à essence (2 ou 4 temps)

 

Ce procédé permet -comme son nom le sous-entend- de « former » un hydrocarbure différent grâce au procédé GEET (Global Environnement Energy Technology) qui est un réacteur endothermique.

 

Celui-ci est en fait constitué de deux tubes concentriques. Comme illustré sur le schéma ci-dessous, les gaz d'échappement passent dans le tube extérieur. Une partie des gaz sortent par le pot d'échappement alors que le reste est injecté par l'intermédiaire d'un tube plongeur dans un bidon contenant un mélange d'eau et d'essence. Le gaz ainsi « formé » ressort du bidon et est appelé gaz GEET; il est réinjecté dans l'admission en passant par le tube intérieur du réacteur.

 

Ce procédé est efficace mais n'est pas scientifiquement reconnu car pour tout dire on ne sait pas exactement comment il fonctionne. On suppose qu'en passant par le réacteur le gaz GEET est ionisé par sa transformation en plasma. Quoi qu'il en soit de nettes améliorations ont été constatées principalement au niveau de la consommation du carburant (jusqu'à 75% d'économies) ainsi qu'au niveau de la diminution drastique de la présence de polluants dans les gaz d'échappement.

 

Un procédé similaire existe pour les moteurs diesel.

 


Informations tirées du site internet: http://www.econologie.com

Schéma tiré du site internet: http://jlnlabs.ifrance.com/jlnlabs/html/fpdiagfr.htm

 François Bourgeois (4G3 en 2009-10)

Edito de janvier 2010

Les bonnes résolutions

La tradition veut qu'au mois de janvier nous prenions de bonnes résolutions !

Pour cela il ne faut pas en prendre des compliquées et surtout il faut les tenir !

Petits trucs et astuces pour pouvoir s'y tenir :- ne pas se fixer des objectifs impossibles à atteindre

         - travailler par paliers

         - s'évaluer au quotidien

         - s'entourer d'amis qui partagent les mêmes valeurs

 

En ce moment grâce au traité de Copenhague tout le monde parle du réchauffement climatique!

Notre planète est en danger ! Et nous devons réagir ! Et si on prenait tous des résolutions pour l'environnement ? Je ne vais pas vous demander d'installer une éolienne dans votre jardin ou autre.

Mais faire attention à notre consommation d'énergie par des gestes touts simples comme :

 

- Ne pas laisser l'eau du robinet couler trop longtemps

- Éteindre la télévision au lieu de la laisser en veille

- Pratiquer le tri sélectif

- Éteindre les ordinateurs quand on ne les utilise plus. (Car beaucoup de personnes les laissent allumées sous prétexte qu'ils y retournent dans une heure ou deux!)

- Essayer de ne plus acheter de bouteilles d'eau. Nous avons la chance d'en notre région d'avoir de l'eau potable qui coule dans nos robinet! Pourquoi ne pas mettre cette eau dans une carafe ?

- Modifier son alimentation, manger des fruits et légumes de saison qui viennent de notre pays ou des pays limitrophes ; en faisant çela nous réduisons notre consommation d'énergie (et donc de CO2)

- Éteindre les lampes en sortant d'une pièce et privilégier la lumière naturelle

- S'organiser dans son village pour faire du transport en commun (pourquoi aller à deux voitures au même endroit ?)

 

Et que faire de son sapin après les fêtes ? Si vous avez une cheminée vous pouvez couper celui ci il vous chauffera un peu ou alors vous le broyez et le mettez dans votre compost (Si vous n'en avez pas encore un ça pourrait être une de vos résolutions?)

 

Voici des idées de bonnes résolutions pour l'année 2010 ! Pas très difficile à tenir mais si tout le monde le faisait cela serait déjà un petit pas en avant pour réduire notre consommation d'énergie !  BONNE ANNEE 2010 à toutes et a tous !

 Mathilde Canva (4G2 en 2009-10)

Edito de décembre 2009

Le réchauffement climatique et ses conséquences en chiffres

Commentaire sur le film de Yann Arthus Bertrand : "un soir pour la Terre"

Tout d’abord est ce que vous savez que quand vous achetez UN jeans cela veut dire que l’on éjecte 25 kg de CO2 dans l’air !?

 

En antarctique :

Il y a déjà ¼ des ours polaires au nord du Canada qui ont disparu. La fonte des banquises = migrations des animaux = moins de nourritures pour les peuples du nord. La banquise a fondu en 10 ans de plus de 2 fois la France ! Au Groenland l’eau des rivières a doublé en 10 ans. Si l’on continue comme ça quand tous les glaciers auront totalement fondu les mers augmenteront de 7 mètres ! Mais heureusement nous n’en sommes pas encore là mais le niveau des océans a déjà commencé à augmenter !

Déjà en France on constate un tel changement ! Notamment dans les Alpes. Problèmes : les eaux de fonte réchauffent l’intérieur des glaciers et le phénomène de chauffe s’autoalimente. Dans les Alpes, l’aiguille de dru, a connu des effondrements de 200 000 m³ ! C’est énorme !!! Les glaciers des Alpes ont une température intérieur de -8°C,  ce n’est pas une très bonne température c’est la cause du réchauffement climatique ! Parfois les glaciers peuvent être déstabilisé et donc s’effondrer sur les villages qui s’y situent au pied, ce qui causera la mort de beaucoup de personnes.

 

En Himalaya :

Là, la menace est d’une autre dimension : cette chaîne de montagne fournit 2 000 000 d’individus en eau douce (càd 1/3 des terriens). Les ¾ des glaciers n’existeront plus dans 30ans !

Conséquences : certains fleuves débordent déjà !

 

Au Bangladesh :

(Pays sous développé) dégage moins de CO2 que New York et ce pays est le plus touché par le changement climatique. Au Bangladesh il y a plus de 200 cours d’eau ce qui implique beaucoup d’inondations, érosions régulières. Les terres s’effondrent et la population des bords d’eau recule de près de 1 km chaque année. Il y aura moins de terres à cultiver alors que ces paysans vivent de la pêche et de la culture. Donc les paysans vont aller en capital entant que réfugier climatiques.  1 millier de paysans y débarquent tous les jours. Les paysans gagnent 1,50€/jour et encore ! Les pauvres achètent les peaux de poulet pour manger sans la viande ! Là on paye la taxe de carbone pour le monde entier.

La noyade est la 1ère cause de mortalité infantile après la mal nutrition. Il y a 46 morts d’enfants par noyade/jour.

La moitié des terres au Bangladesh sont à -1m sous la mer ! 20% du pays est sous l’eau !

 

En Inde :

Les îles du delta disparaissent ! La 1ère île engloutie par la mer était en 2006. Dans 10 ans,   60. 000 personnes devront quitter leurs maisons. Dans 30 ans les îles du delta auront diminué de 86 km². La disparition des terres = moins de travail. Solutions : planter des arbres, si les paysans ne le font pas il y aura de l’érosion. Les racines des arbres retiendront la terre donc pas d’arbre = plus d’érosion !

Les typhons, les cyclones, les ouragans se multiplient sur tous les continents et ils seront toujours de plus en plus importants, puissants, meurtriers !

 

Au Mali :

Il n’y a plus de pâturage, tout est desséché ! Il n’y a pas de pluie, plus de point d’eau, tout s’assèche. Les bergers meurent à cause du manque d’eau, ils meurent de soif ! Les animaux, le bétail meurt ! Il y a famine, malnutrition, les marres s’assèchent, les forêts disparaissent. Le manque d’eau est le premier problème en Afrique. La population disparaîtra car les animaux mourront.

Solutions : Il utilise des avions faiseurs de pluies des USA. Càd on vole dans les nuages d’orage (7000 m d’altitude) on lâche des fumigènes dans les nuages. Des vapeurs d’eau se concentrent, des gouttes d’eau se condensent et la pluie tombe : il y aura 18% d’eau en plus et même 40% dans certaines régions !

1 malien produit 100 fois moins de gaz à effet de serre qu’un américain. « Voilà les dégâts qui se passent chez nous et c’est vous qui l’avez fait ! La dégradation est présente partout ! » Dis le président malien.

 

En Australie :

85% de son électricité provient de centrales à charbon ; ce sont les plus polluantes ! Mais l’Australie ne veut pas baisser son pourcentage de gaz à effet de serre ! Les australiens = le premier émetteur de CO2 devant les américains.

Mais ça va changer car l’Australie est rattrapée par le réchauffement climatique ! Car au sud il y a beaucoup de sécheresse. Depuis 8 ans il y a 90 000 emplois agricoles de perdus ! Alors les gens se reconvertissent. Et les gens se suicident par désespoir. 40% à 50% de suicide ! Sacré désastre !

Les gens connaissent les pires sécheresses de ces 10 dernières années. Les étés deviennent de plus en plus chauds. Il va falloir conserver encore plus d’eau ! Il faut faire des réserves. Moins d’eau = moins d’agriculture = disparition de l’environnement. Les débits des fleuves sont presque nuls. Il y a épuisement des fleuves à cause des irrigations principalement. Depuis 5 ans le fleuve Murray n’a pas déversé une seule goutte d’eau qui n’a atteint son embouchure. Les lacs s’assèchent aussi ! Les fleuves une fois asséché il ne reste que de l’acidité (acide sulfurique), du PH = 1,5 (équivalent à la batterie d’une voiture), réactions chimiques dangereuses !

L’Australie ne peut supporter les agricultures qui demandent beaucoup d’eau et la nature ne peut plus les supporter. 92% de la culture originelle sont coupées pour cultiver ce qui apporte de la sécheresse ! La sécheresse altère la qualité de l’eau potable. Dans 1 an l’eau potable du fleuve Murray ne le sera plus ! C’est un pays développé avec des conditions d’un pays du tiers monde ! Le gouvernement incite, oblige l’installation de citerne d’eau de pluie de 1000L minimum. La sécheresse créée aussi des incendies.

 

En France :

Dans certaines de régions de vignes il y a de plus en plus de soleil et donc de moins en moins d’eau ! Les degrés alcooliques des raisins augmentent, ce qui incite de récolter le raisin plus tôt. À cause des multiplications des canicules les agriculteurs de blé manquent près de 300 000€ ! Le maïs devient plus petit et plus sec, les agriculteurs perdent +/- 35 000€. Seulement ¼ des cultures sont récoltables !

 

Il faut réaliser qu’il y aura de plus en plus de réfugiés climatiques dans les pays en voie de développement alors qu’eux n’y sont pour rien ! Il ne faut pas croire que le réchauffement n’atteint que les pays lointains ! Il faut arrêter de croire que nous éviterons le phénomène.

Valentine Fosty (5ème option Sciences)

 

Edito d'octobre 2009

Les photos de classe, un crime pour la planète ?

 

Aujourd'hui, à l'étude, une amie à nous s'est faite « disputée » parce qu'elle n'avait pas rendu ses photos de classe à temps: elle va devoir payer des photos qu'elle ne veut pas.

 

Nous nous sommes demandées ce que le collège faisait des photos non-achetées. Les jettent-ils ?

Si c'est le cas, nous nous sommes révoltées: tant de papier, d'encre et d'énergie gaspillés !

 

Dans notre collège, nous sommes 914 élèves, ce qui signifie 914 multiplié par 3 feuilles photos (la grande photo, les 4 moyennes et les petites), soit 2742 feuilles, des litres et des litres d'encre et des heures d'énergie pour les imprimer et ce, en ne comptant que les élèves !

 

Nous avons alors envisagé une solution: puisqu' internet à pris une ampleur importante sur notre vie à tous aujourd'hui, pourquoi ne pas créer un site où les photos seraient affichées ? (Bien sûr, seuls les élèves auront accès à leur propre photo grâce à un code). Ils pourront ainsi décider de prendre leur photo ou non. Comme ça, seules les photos des élèves en désirant une seront imprimées.

Conclusion: moins de papier, moins d'encre et moins d'énergie seraient utilisés. Et pour la petite histoire: notre amie n'aurait pas eu à payer ses photos non désirées !

 

Après cet article, Mr Jonas Pire, notre éducateur, s'est renseigné et nous a informé que le photographe recyclait le papier des photos restantes (un bon point pour lui !) mais il faut de l'énergie pour recycler et les litres d'encre écoulés restent inchangés !

Lucie De Pestel (5LF) - Laura Baudoin (5FL)

Anaïs Moulin (5LL) - Louise Archambeau (5SL)

Edito de septembre 2009

« L’avenir, une inconnue peut-être pas si inconnue… »

 

Peut-être que certains d’entre vous ce sont rendu ce dimanche 13 septembre 2009 au concours de bûcheronnage à Sautin.

Mais combien on remarqué la tente blanche où l’on parlait environnement et plus précisément, d’énergie ?

Et plus encore, combien s’y sont vraiment intéressés ?

Ils y distribuaient, gratuitement, toute sorte de prospectus, de folders, de livrets avec quelques conseils à exécuter chaque jour pour faire un pas vert de plus pour la planète. Il y avait aussi, un livre de taille importante, intitulé « Rapport Analytique sur l’Etat de l’Environnement Wallon 2006-2007 ».

 

Cet ouvrage date donc d’il y a 2-3 ans mais déjà on peut y lire qu’il est GRAND TEMPS d’agir.

 

On y parle aussi des futurs conséquences dues aux changements climatiques qui eux, sont dus à nos comportements si souvent cupides.

Voilà quelques exemples de ce qui nous attend dans nos régions si l’on ne fait rien :

 

« 1. Augmentation du nombre de personnes exposées à des maladies à transmission vectorielle (Ex : le Paludisme) ou à des maladies hydriques (Ex : le Choléra) et de la mortalité due aux agressions thermiques.

 

2. Il est très probable (90-99%) que les chaleurs extrêmes, les vagues de chaleur et les événements de fortes précipitations continueront à devenir plus fréquents

 

3. Une augmentation GENERALISEE du risque d’inondation de nombreux établissements humains touchant des dizaines de millions de personnes due à la fois à l’augmentation des épisodes de fortes précipitations et à l’élévation du niveau de la mer

 

4. Une augmentation de la demande d’énergie à des fins de climatisation en raison de la hausse des températures estivales, qui compensera le gain énergétique dû aux températures plus douces en hiver. »

sources : GIEC 2001-2007

 

Après ceci, direz-vous encore que nous ignorons ce que l’avenir nous réserve .. ?

 

Ensemble, nous pouvons tous agir pour lutter contre le réchauffement climatique et autres problèmes causés par la pollution !

Marine Scorniciel - élève de 5 FS

et Benjamin Buysens - élève de 6 MS